Le bonheur des bonnes choses
Partager :

Huiles

Planeta Nocellara

Huile de couleur verte avec des reflets jaune-vert. Au nez, elle allie parfaitement des arômes de basilic, de citron vert et de bergamote. Au goût, on perçoit une légère touche marine. Le fait d’extraire l’huile des olives dénoyautées préserve les arômes caractéristiques et uniques de cette variété, ce qui confère à notre produit une saveur délicate, presque sucrée, mais bien définie. Idéale avec les aliments légers cuits à la vapeur, les crudités, les soupes et les salades.

En avril dernier, la Planeta Nocellara s'est vu décerner un prix OR lors du concours international d'huiles d'olive de New York (NYIOOC), le plus prestigieux concours au monde.

Vous pourriez aussi considérer

Depuis cinq siècles, au fil de dix-sept générations, la famille Planeta participe à l’évolution de l’agriculture dans le territoire complexe qu’est la Sicile, adoptant une approche toujours orientée vers l’ouverture et l’innovation.

VINS 

Implantés dans cinq régions, les vignobles de Planeta s’étendent dans toute la Sicile, d’ouest en est.  Depuis cinq siècles, au fil de dix-sept générations, la famille participe à l’évolution de l’agriculture dans le territoire complexe qu’est la Sicile, adoptant une approche toujours orientée vers l’ouverture et l’innovation.

Région d’Ulmo

C’est à Ulmo qu’a commencé l’aventure Planeta. Au milieu des années 80, la famille y a planté ses premières vignes autour de la maison de ferme datant du XVIe siècle qu’elle a toujours habitée, un endroit superbe, peuplé de souvenirs, auquel elle voulait donner un nouveau souffle. Le premier établissement vinicole a été construit en 1995, sur les rives du lac Arancio et dans les bois environnants, au cœur d’un paysage enchanteur. La famille a également fondé le musée Iter Vitis, bordé d’une « collection » de différentes vignes d’origine sicilienne et géorgienne, inspirée par l’idée d’enrichir la longue tradition vinicole de Sicile. Les résidences familiales se trouvent au sein du baglio, entourées de bâtiments réservés à la production, à l’administration et à la planification. C’est ici qu’est réalisée la majorité de la production de l’entreprise et qu’on a construit deux celliers, un grand et un petit. L’Infernotto, à l’intérieur du petit cellier, est le caveau de la famille, abritant une collection de ses bouteilles préférées de partout dans le monde ainsi que tous les crus Planeta.

De la mer aux collines, jusqu’à une altitude de 400 mètres, c’est à Menfi que se trouvent la majorité des vignobles. Planeta y cultive plus de 250 hectares et choisit avec soin ses variétés de vignes, tant indigènes qu’internationales, en fonction de la spécificité de chaque terroir.

La couche supérieure du sol, d’environ un mètre d’épaisseur, consiste principalement de sable rouge issu des terrasses marines. En profondeur se trouve une couche de tuf riche en calcaire, essentielle à l’équilibre en eau du vignoble.

La vallée était autrefois sillonnée par une rivière, aujourd’hui devenue le lac Arancio, qui a contribué à former des terres riches à la texture rocailleuse. En hauteur, le sol est plutôt riche en calcaire. L’inclinaison assure un drainage parfait. 415 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Région de Vittoria

Vittoria est un endroit riche de son passé et de la longue tradition agricole des Planeta. Comme ils y ont appris, dès l’enfance, à reconnaître l’arôme du Cerasuolo di Vittoria, il était tout naturel qu’ils s’établissent le long de la côte sud de l’île pour le produire ici, dans son territoire d’origine. La création du domaine Dorilli a commencé par la rénovation de la grande maison de campagne qui se tenait au centre d’une ancienne ferme. La vigne n’y étant plus cultivée depuis longtemps, les Planeta en ont replanté, en plus de rénover l’établissement vinicole et les grandes chambres, aujourd’hui destinées à l’hospitalité. De style Liberty typique, tout le domaine respire l’élégance alliée à l’atmosphère unique d’un vieux manoir de campagne.

La terre a ici une caractéristique particulière : elle a l’apparence du sable rouge. C’est de là que vient le nom Cerasuolo, évoquant la cerise (cerasa en dialecte sicilien). Entre le plateau et la mer, où les températures estivales sont très élevées et les précipitations, très faibles, les vignes côtoient l’écosystème du maquis méditerranéen.

La couche supérieure du sol, d’environ un mètre d’épaisseur, consiste principalement de sable rouge issu des terrasses marines. En profondeur se trouve une couche de tuf riche en calcaire, essentielle à l’équilibre en eau du vignoble.

Région de Noto

Noto marque la troisième étape de l’aventure des Planeta en Sicile. C’est en 1998 qu’ils ont fondé leur domaine dans ce district, à un endroit qui, heureux hasard, a toujours été appelé « Buonivini ». C’est ce nom qui les a inspirés à venir découvrir le potentiel vinicole de la région, berceau du Nero d’Avola, qui avait sombré dans l’oubli malgré sa riche histoire. C’est ici que la famille a dû relever son plus ambitieux défi : redonner une identité et un avenir à une grande région vinicole sicilienne. La beauté des collines qui surplombent la mer, où les vignes poussent aux côtés d’amandiers, a incité les Planeta à rechercher l’intégration la plus étroite possible avec le paysage pour minimiser les répercussions. Depuis le premier jour, la durabilité ainsi que l’hospitalité dans une atmosphère détendue et respectueuse de la nature sont des valeurs qui guident le projet, avec la construction du « cellier invisible » de même que la restauration de la presse à raisin et des appartements Case Sparse. Les collines ondoyantes de Buonivini, la terre blanche riche en calcaire et la brise qui vient du large, où deux mers se rencontrent, créent des conditions optimales pour la culture des vignes, dont sont issus de grands vins. Ici, les variétés Nero d’Avola et Moscato côtoient des amandes, des caroubiers et des oliviers, plantes emblématiques de la Méditerranée. La terre est blanche, très riche en calcaire, de texture rocheuse où abondent les petits cailloux.

Région de l’Etna

En 2008, après avoir cherché longtemps les meilleures terres pour leurs vignes, les Planeta se sont arrêtés sur le versant nord de l’Etna, entre les coulées de lave et les boisés qui entourent Passopisciaro. C’est ici qu’ils ont planté des vignes des variétés Nerello et Carricante avant d’établir un vignoble en 2012. Le domaine s’étend au sud et au nord du village. Au nord, au cœur du superbe vignoble Sciara Nuova, à plus de 800 mètres au-dessus du niveau de la mer, la famille a investi pour restaurer soigneusement les vieux bâtiments devenus aujourd’hui un centre d’hospitalité. Au sud, près du vignoble Feudo di Mezzo, elle a construit l’établissement vinicole Feudo di Mezzo en plein cœur d’une coulée de lave datant du XVe siècle. Tout près de là, elle a planté des vignes des variétés Torreguarino, Pietramarina et Montelaguardia, idéales pour ses vins blancs. À Sciara Nuova elle a transformé une partie des anciennes terrasses en théâtre au cœur du vignoble. Chaque été, on y tient le Festival Sciara Nuova, une des activités culturelles inspirées et organisées par les Planeta.

Rocheux et riche en minéraux, le sol volcanique de l’Etna est issu du lent effritement de la lave pétrifiée et bénéficie de la présence abondante de cendres rejetées par le cratère et de différentes substances organiques. La quantité et la dimension des pierres varient énormément d’une terrasse à l’autre, tout comme la profondeur du sol. Fertilité et complexité sont le dénominateur commun des différents terroirs des vignobles de la région de l’Etna.

Région de Capo Milazzo

Situé dans la région de Capo Milazzo, La Baronia a beau être le plus petit des domaines de Planeta (huit hectares de vignes entourés de vingt hectares d’oliviers), il est riche en symboles, en souvenirs et en idées. La famille a entrepris ce nouveau projet avec l’idée de redémarrer la production de Mamertino, un des vins les plus anciens de l’île. Tout a commencé par une réunion avec la fondation Lucifero, propriétaire de ces majestueuses terres historiques, où l’agriculture se détériorait depuis 2011 et avait alors été pratiquement abandonnée. Ensemble, Planeta et la fondation se sont lancés dans la restauration d’une culture et d’une biodiversité qui auraient été perdues autrement. Là où il n’y avait que des broussailles poussent maintenant de nouvelles vignes bordées de sentiers naturels invitants. Aujourd’hui, ce projet symbolise l’idée que se fait Planeta de la viticulture durable, non seulement du point de vue de la culture et de la production, mais aussi dans ses aspects environnementaux, culturels, sociaux et économiques.

Après le « cellier invisible » de Noto, animés par le même désir de discrétion, les Planeta ont conçu un « cellier amovible » pour Capo Milazzo, emblématique du projet axé sur la durabilité intégrale qu’ils souhaitent mener à bien dans ce territoire.

Huile d'Olive

Après le vin, l’huile d’olive extra-vierge est l’autre grande passion de la famille Planeta. La grande oliveraie de Capparrina, à Menfi, témoigne de son amour pour ce produit et de son engagement à protéger le paysage et la nature.

Les plus anciennes cartes d'Ulmo montrent qu'il y a déjà 500 ans, on cultivait des olives dans l'un des plus réputés pour la production d'huile. Ce produit si représentatif de la Sicile et de la Méditerranée a toujours fait partie de la réalité familiale.

C’est à Capparrina que les Planeta ont planté leur oliveraie, faisant une fois de plus passer la protection du paysage avant les intérêts de la famille et de l’entreprise. En effet, ils se sont ainsi assurés que la côte de Menfi resterait à jamais exempte de bâtiments.

Aujourd'hui, ils cultivent 98 hectares d'oliviers sur les collines qui surplombent la plage de sable blanc de Porto Palo de Menfi, 19 fois récipiendaire de drapeaux bleus ou verts, dans un contexte de biodiversité exceptionnelle oèu coexistent de rares spécimens de faune et de flore.

Leurs produits contribuent à consolider et à diffuser la culture de l'huile d'olive de qualité, dans la cuisine et comme sur la table.

« C’est une nouvelle façon d’envisager un voyage à travers la Sicile. Après Menfi vient Vittoria, ensuite Noto, puis l’Etna, et enfin Milazzo. Ce trajet n’a pas été tracé au hasard : il est ancré dans la diversité du paysage, les vents, le caractère des habitants et donc du vin… » Diego Planeta

C’est en 1999 que la famille Planeta a commencé son aventure oléicole, lorsqu’elle s’est mise à embouteiller l’huile qu’elle produisait auparavant pour la consommation familiale. Alessio, Francesca et Santi sont eux-mêmes impressionnés par l’excellente qualité de leur huile, devenue en peu de temps une référence en matière d’huile d’olive extra-vierge. Un des secrets du succès de cette huile, autre que le soin accordé à chaque étape de la production, est l’emplacement de la presse, au cœur même de l’oliveraie, ce qui élimine tout délai entre la récolte et le traitement.

Pourquoi une dénomination d’origine protégée ?

La DOP Val di Mazara protège les cultivars de l’ouest de la Sicile, en particulier les trois variétés les plus emblématiques : Nocellara, Biancolilla et Cerasuola. Elles sont toutes trois présentes dans l’oliveraie et dans l’huile de Planeta, dont la production se déroule dans le respect le plus strict des spécifications.

Le rendement ne doit pas dépasser 80 quintaux par hectare et la récolte ne doit pas avoir lieu après le 30 décembre.

Toutes les procédures après la récolte doivent se dérouler au sein du territoire de la DOP. Les olives doivent être pressées dans les 48 heures suivant la récolte, et le rendement en huile ne doit pas dépasser 22 %.

L’huile doit posséder des caractéristiques gustatives particulières et est sujette à des tests par la commission d’examen appropriée.

Des autorités d’homologation indépendantes effectuent des contrôles continus des centres de production et de leurs produits, au même titre que la Commissione de controllo et le Consorzio di tutela.

Façon de faire

MÉTHODE TRADITIONNELLE

1. Récolte 

Les olives sont cueillies à la main exclusivement, au début du mois d’octobre. Cette récolte hâtive est la conséquence d’un choix particulier : Planeta accepte de sacrifier une partie du rendement afin de rehausser le profil d’arômes de chaque variété.

2. Lavage

Le lavage comporte deux phases. Les olives sont lavées délicatement à l’eau une première fois, puis de nouveau lors de l’extraction.

3. Extraction

L’extraction a lieu dans un pressoir à marteaux qui réduit les olives en une pâte.

4. Malaxage

Une fois pressées, les olives subissent un malaxage à basse température.

5. Décantation

Les olives pressées et malaxées sont ensuite acheminées au décanteur, où l’huile pure sera séparée de la pulpe humide.

6. Transfert en cuves

Après la décantation, l’huile est prête sans qu’il soit nécessaire de la passer au centrifuge.

7. Embouteillage

Grâce à son cycle de production à la fine pointe de la technologie, Planeta obtient une huile de qualité supérieure qui passe immédiatement au stade de la commercialisation.

Vidéos